Le trouble du déficit de l’attention (TDA) et l’hyperbare

Qu'est que l'hyperbare peut faire pour vous ?

Vous vous demandez ce que l’hyperbare peut faire pour vous ou votre enfant diagnostiqué TDA ou TDAH?

Amélioration de la capacité de concentration

Des études démontrent que cette démarche contribuerait à l’amélioration des capacités de concentration…

LE TROUBLE DU DEFICIT DE L’ATTENTION AVEC OU SANS HYPERACTIVITÉ  

Comprendre le TDAH

Le TDA est en fait l’ancienne appellation de ce qu’on appelle maintenant le TDAH ou trouble de l’attention avec hyperactivité de type inattentif. En 1987, lorsque le terme TDA a été changé pour TDAH, ce trouble a été divisé en trois sous-type.

Le premier type de TDAH est le type inattentif sans hyperactivité, ce à quoi le terme TDA réfère principalement.

Les principaux symptômes des enfants atteints du TDAH Type 1 – Inattention (DSM-5, 2013)

  • Ne parvient pas à porter attention aux détails, fait des fautes d’étourderie,
  • A du mal à soutenir son attention au travail ou dans les jeux,
  • Semble souvent ne pas écouter quand on lui parle,
  • Ne se conforme pas aux consignes et ne parvient pas à mener à terme ce qu’il fait,
  • A du mal à s’organiser,
  • Évite ou a en aversion les tâches qui demandent un effort mental soutenu,
  • Perd ses objets,
  • Se laisse facilement distraire par des stimulis externes,
  • A des oublis fréquents.

Le deuxième type de TDAH est le type hyperactif impulsif. 

Les principaux symptômes des enfants atteint du TDAH Type 2 – Hyperactivité/impulsivité (DSM-5, 2013)

  • Remue les mains ou les pieds, ou se tortille sur son siège,
  • Se lève dans des situations où il doit rester assis,
  • Court ou grimpe partout,
  • A du mal à se tenir tranquille dans les jeux ou loisirs,
  • Agit comme s’il était “monté sur ressorts”,
  • Parle trop,
  • Laisse échapper une réponse à une question qui n’est pas encore entièrement posée,
  • A du mal à attendre son tour,
  • Interrompt souvent les autres ou impose sa présence.

Le troisième type de TDAH est encore plus complexe, parce qu’il combine à la fois l’inattention et l’hyperactivité, ainsi qu’un amalgame d’autres problèmes comme des difficultés scolaires ou de faibles capacités interpersonnelles.

POURQUOI DONC DEUX COMPORTEMENTS TOTALEMENT DIFFÉRENTS SE RAPPORTERAIENT AU MÊME TRAITEMENT?

La réponse se trouve au niveau neurologique. L’inattention et l’hyperactivité se réfèrent à la mal formation ou à un dysfonctionnement des mêmes régions du cerveau situés dans l’aire préfontale.

Certaines études démontrent que le TDAH peut-être réversible. Il n’en reste pas moins que 50% des enfants atteints du TDAH gardent leurs problématiques à l’âge adulte. Les symptômes ont tendance à changer. L’hyperactivité va diminuer et le besoin de bouger peut être canalisé par le sport et les projets.

Le neuropsychologue Russell Barkley, spécialiste du TDAH, a établi pour sa part une liste de 9 symptômes qui caractérisent l’adulte chez qui le trouble persiste :

  • Distrait par des stimulis extérieurs,
  • Prend des décisions impulsives,
  • A de la difficulté à cesser une activité ou un comportement, même lorsqu’il/elle le devrait,
  • Débute un projet ou une tâche sans lire ou écouter les instructions correctement,
  • Ne tient pas ses promesses ou ses engagements,
  • A de la difficulté à faire les choses dans le bon ordre, la bonne séquence,
  • Sujet à faire de la vitesse excessive ou à commettre des erreurs d’inattention en conduite automobile,
  • Difficulté à soutenir son attention sur une tâche ou une activité de loisir,
  • Difficulté à organiser et planifier ses tâches et ses activités.

Dans une étude, le Dr Philip Shaw et son équipe (Shaw et al. PNAS, 2007) ont utilisé une méthode d’imagerie (scan) pour mesurer l’épaisseur du cortex sur 40 000 points à différents âges. Sur la gauche, un cerveau atteint du ADHD qui est le traduction anglaise de TDAH et sur la droite un cerveau en parfaite santé. Sur l’animation ci-dessus mentionnée par le lien, plus la zône est foncée, plus les connexions neurones y sont développées ( donc plus le cortex est épais). Les résultats expliquent que les enfants et les adultes ayant un TDAH possèdent un afflux sanguin cervical moins abondant que la normal. L’apport de nutriments et d’oxygène au cerveau sont donc affectés. Les cellules ne recevant pas suffisamment de sang et d’oxygène sont moins propices à bien faire leur travail, d’où les troubles de l’attention, le manque de focus et de contrôle.

https://www.youtube.com/watch?time_continue=15&v=-VRFZpJuWF4

Des séances répétées dans avec un équipement hyperbare base pression permettent la saturation des liquides plasmiques en oxygène augmentant potentiellement le développement de nouvelles cellules au cerveau et par conséquent, un meilleur fonctionnement de celui-ci.

Des résultats positifs ont été observé cliniquement chez des milliers d’enfants américains à la suite d’une série de séance hyperbare à basse pression soit à 1.3 ATA.

Même si les résultats peuvent varier d’un enfant à un autre, de façon générale, les personnes qui ont utilisés l’oxygénothérapie hyperbares base pression pour le trouble du déficit de l’attention semble obtenir de très bons résultats.

____________________________________________________________________________
MENTION LÉGALE

L’information retrouvée sur le site internet d’Oxy Expert n’a pas été officiellement évaluée et approuvée par SANTÉ CANADA ou toute autres autorité compétentes. Aucun diagnostic, traitements ou remèdes, n’est offert par la compagnie Oxy Expert ou l’un de ses représentants. Nous tenons à préciser que nous ne sommes pas médecins et que les produits et services hyperbares disponibles par l’intermédiaire d’Oxy Expert et ces représentants, sont offert dans un cadre de mieux-être exclusivement. Le contenu retrouvé sur chacune des pages du site internet d’Oxy Expert, est partagé seulement à titre informatif. Il vous est fortement recommandé de consulter un médecin avant de prendre des mesures concernant l’utilisation d’une chambre hyperbare flexible opérant à des pressions de 1.3 et 1.4 ATA. Toute personne prenant de la médication, ayant une condition médicale spéciale, toute femme enceinte ou qui allaite, doit consulter un médecin.